« Le féminisme comme un universel » – Entretien avec Martine Storti

Militante féministe issue du MLF et ancienne journaliste à Libération, Martine Storti signe, dans son dernier essai sur le féminisme universel, une critique des entreprises de confusions, de brouillages et de détournement des mots. Quand l’antiféminisme se déguise (ou tente de se déguiser) en féminisme. Pourquoi écrire aujourd’hui un livre sur le féminisme universel ? N’est-ce pas déjà trop tard ? Il n’est jamais trop tard ! À travers cet essai, j’ai un triple objectif : questionner ce qui se donne actuellement pour une forme de radicalité, qui peut se dire aussi intersectionnalité, décolonialité ou afroféminisme, refuser l’instrumentalisation du féminisme par des courants – identitaire, nationaliste, raciste (racisme anti-noir, anti-arabe, anti-musulman, anti-immigrés…) – qui ont toujours été anti-féministes. Il s’agit enfin et surtout de plaider la cause d’un féminisme universel étouffé par des catéchismes concurrents mais qui heureusement continue de tracer son chemin. D’ailleurs, est-ce pour un féminisme universel ou universaliste ? Je ne reprends pas le terme « universaliste », il a été dévoyé, manipulé, rabattu sur l’identité nationale. Le féminisme universaliste est présenté comme une composante de la République française et même de l’identité française. Ce qui est paradoxal car ce qui relève de l’identité ne peut être […]

Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir – Deux combattantes unies pour la justice et la liberté des femmes

À vingt-trois ans, en 1949, Gisèle Halimi découvre, comme tant d’autres femmes de par le monde, Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir tout juste paru avec, écrit-elle, « un mélange d’émerveillement et de stupeur. Car c’était vraiment incroyable : un livre mettait des mots sur mon vécu, ma révolte initiale, mon indignation permanente concernant l’indépendance et l’humiliation des femmes. » Son féminisme n’avait été qu’intuitif et grâce à la lecture de cet essai, Gisèle Halimi allait se lancer dans cette grande aventure de la défense des droits des femmes, rejoignant ainsi Simone de Beauvoir, de dix-huit ans son aînée. C’est en 1958 qu’elle déjeune enfin avec Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre à La coupole. À compter de ce jour, les deux combattantes vont se croiser : « Elle était très fiable, vraie à tout moment ; et je savais désormais que je pouvais compter sur elle. » Cet engagement va se concentrer sur plusieurs enjeux politiques marquants du XXe siècle : la guerre d’Algérie, la guerre du Vietnam, le MLF en 1970. La lutte pour l’indépendance de l’Algérie, l’affaire Djamila Boupacha La guerre d’Algérie bat son plein, avec ses lots d’attentats, tant en métropole qu’en Algérie. Djamila Boupacha, […]

Pour l’égalité salariale – Enfin revaloriser les emplois féminisés

Soignantes, caissières, agentes d’entretien, enseignantes ou travailleuses sociales, elles étaient en première ligne pendant la crise sanitaire, elles le sont toujours dans le quotidien de nos vies. Mais leurs compétences et la valeur de leur travail ne sont toujours pas pleinement reconnues. Deux universitaires engagées pour l’égalité salariale témoignent. Avec la crise sanitaire, certains métiers sont apparus indispensables à la continuité de nos vies quotidiennes ; les soignantes bien sûr mais aussi les services à la personne, les agentes d’entretien, les caissières, les enseignantes ou les travailleuses sociales. Féminisés à plus de 75 % et assimilés à des « métiers de femmes », ils éduquent, soignent, assistent, nettoient, font du lien, écoutent, prennent soin, etc. renvoyant à des « compétences présumées innées ». Ces compétences ne sont pas reconnues comme de véritables compétences professionnelles, ce qui participe de leur sous-valorisation et explique en partie les 26 % d’écarts salariaux entre les femmes et les hommes. Une tribune et une pétition, signées par toutes les organisations syndicales salariées, des associations féministes et près de 65 000 signataires, ont revendiqué l’urgence à revaloriser ces emplois. À travail de valeur égale, salaire égal Le principe juridique pour un travail de valeur égale a […]

Affaire J.K. Rowling : le fond et la forme

Le 7 juin dernier, l’autrice de la saga Harry Potter J.K. Rowling publiait une série de tweets dans lesquels elle réaffirmait l’impact du sexe biologique sur nos vies. Suite à ces propos, l’autrice a subi une campagne de harcèlement révélatrice de la violence des débats autour des notions de sexe et de genre. Au commencement, il était un fait : nous naissons toutes et tous avec des chromosomes. Ces chromosomes fonctionnent comme un code qui décrit en partie qui nous sommes, en déterminant notre apparence physique, en révélant parfois la présence d’une maladie ou d’un trouble. Le code de notre apparence physique inclut celui de nos organes génitaux : dans la large majorité des cas, ils sont de deux natures (masculin ou féminin) bien qu’il existe des manifestations différentes de ce code (notamment pour les personnes intersexes). Là où les choses se compliquent, c’est que ces codes biologiques ont été associés à des comportements sociaux : le genre. Le sexe et le genre Le genre est une construction sociale : rien ne prédispose les filles ou les garçons à être plus ou moins intéressé.e.s par les voitures, les poupons, à faire preuve de compassion ou de courage. La façon dont […]

Journal d’une Arlésienne confinée

J-5. À la répétition de ce soir, appel d’Isabelle : elle ne viendra pas : elle a un gros rhume, et ça s’entend. Les autres préparent leur départ pour le week-end culturel à Paris. Je n’y vais pas, ça tombe le jour des élections municipales. Josy hésite à se désister : la rumeur monte, le coronavirus est réellement en France et il tue. Est-ce bien raisonnable de se trimballer de musées en théâtres à quinze dans le métro parisien ? J-3. À la fin du marché, je croise Jérôme, Pascal et Marthe qui devaient être à Paris : les musées vont fermer et les théâtres ne sont pas sûrs d’assurer les représentations. Le week-end est annulé. Jean-Luc a proposé qu’on se retrouve tous dimanche soir chez lui pour se consoler. Sur le marché, une ambiance bizarre. Sur beaucoup d’étals, on nous propose des gants pour choisir les fruits et légumes. Peu d’embrassades, les gens se font des saluts à la chinoise. J-2. Je vais voter dans la petite école maternelle où notre atelier-théâtre se tient le jeudi soir. Au premier abord, à l’entrée, puis dans l’isoloir, on se sent en sécurité. Ça se gâte lorsqu’on arrive devant l’urne. La présidente […]

Héros, héroïnes : le mythe politique du sacrifice

La crise sanitaire, politique et économique due au coronavirus a causé des centaines de milliers de morts à travers le monde, confiné la moitié de l’humanité et est amenée à se prolonger dans les mois et les années qui viennent. En première ligne face à la crise, les professionnel.le.s du soin sont devenu.e.s des héros et héroïnes. Pourtant, les monstres auxquels elles et ils ont dû se confronter n’ont rien de mythologique. Que désigne vraiment l’héroïsme ? Un héros ou une héroïne est à la fois une construction littéraire et un vestige mythologique. Dans la mythologie grecque, un héros est un demi-dieu qui se démarque par sa bravoure et ses qualités exceptionnelles. Ce n’est pas un hasard si les nombreux films et séries évoquant les aventures de super-héro.ïne.s reprennent le caractère surnaturel ou autrement exceptionnel des héros et héroïnes : ce ne sont pas des humains comme les autres. Les qualités singulières qui les distinguent sont justifiées par l’ampleur des épreuves que les héro.ïne.s doivent affronter. Il est toutefois intéressant de constater que les personnels soignants que l’on appelle aujourd’hui des héros et des héroïnes sont eux et elles, tout à fait humains. Que dit-on de leur humanité, et de […]

« Sans oui, c’est non », est-ce clair ?

“Qui ne dit mot consent…” Un vieil adage, une phrase qui vise surtout à protéger le droit des hommes à disposer des femmes en toute impunité. Pour sortir de cette confusion souvent criminelle, Catherine Le Magueresse, chercheuse, propose de préciser ce qu’est, ou devrait être, le “consentement sexuel”. “Le consentement sexuel, c’est pas si simple…” Combien de fois avons-nous entendu cette remarque exprimant toute la confusion sur le sujet ? Confusion qui est d’ailleurs portée et entretenue par des représentations sociales misogynes que l’on nomme aussi la “culture du viol” et dont témoignent des phrases telles que “un non peut vouloir dire oui”, “elle ne s’est pas débattue, n’a pas crié etc. donc elle était d’accord”… Quand une femme dit non, c’est non L’une des revendications des féministes des années 70, « Quand une femme dit non, c’est non », n’est toujours pas acquise. Il n’est en effet pas rare d’entendre que le « non » exprimé serait, au contraire, une invitation à continuer – une sorte de défi lancé –, que le refus serait formel, ou que « les filles bien ne disent pas “oui” mais le pensent ». Ces propos nient la liberté des femmes de choisir avec […]

70 ans de la Berlinale – Égalitaires, les Ours ?

Du 20 février au 1er mars 2020, Berlin accueillait le 70e anniversaire de la Berlinale, le festival international du cinéma en Allemagne. À cette occasion, Clara-magazine s’est rendu sur place pour le regarder avec les lunettes de l’égalité. Elle est un festival majeur du cinéma international : moins glamour que les Oscars américains et plus progressiste que les César français, la Berlinale a célébré le 20 février 2020 son 70e anniversaire. Le festival est construit autour d’un équilibre complexe : un regard lucide sur l’histoire allemande avec une session historique qui aborde chaque année des éléments de l’histoire allemande des XXe et XXIe siècles ; un regard bienveillant sur les courts-métrages, une sélection officielle et un panorama international toujours passionnant. Le festival a fait, cette année en particulier, la part belle aux héroïnes de films et aux personnages LGBT. Une programmation éclectique Plusieurs films ont attiré l’attention de la rédaction cette année, en particulier My Salinger Year de Philippe Falardeau, cinéaste québécois, dans lequel Margaret Qualley interprète une jeune écrivaine en devenir travaillant dans la maison d’édition du célèbre et très secret JR Salinger. Sigourney Weaver y incarne une éditrice exigeante dans une époque en pleine transformation. Saluons également le […]

Laïques et fondamentalement libres

À l’occasion de la parution de son livre Qui veut tuer la laïcité ?, nous sommes allées à la rencontre de son autrice, la journaliste Marika Bret, et d’une autre autrice et journaliste, Tania de Montaigne, histoire de discuter dans un café parisien des attaques contre la laïcité et de ce qu’elles révèlent de notre rapport à l’identité et à la pensée politique. Et si la vraie question portée par la laïcité, c’était celle de notre capacité à être libres ? Discussion. Historiquement, la gauche était porteuse des combats laïques. Parfois anticlérical, son discours a beaucoup évolué ces dernières années. Quelle analyse portez-vous sur la gauche et la laïcité ? Marika Bret : La gauche a trahi. La laïcité étant un acquis, nous n’en parlions tout simplement pas. Pour situer le basculement, on pourrait partir de 1989, de la fatwa contre l’auteur des Versets sataniques, Salman Rushdie. Ariane Mnouchkine le rappelle volontiers aujourd’hui, c’était très difficile à l’époque pour elle de faire comprendre aux intellectuel.le.s et politiques que si on laissait passer cette fatwa, on laisserait tout passer. La laïcité est une valeur protectrice, elle était vécue comme telle et non comme un empêchement. Bien sûr, il y avait toujours […]

Décryptage : la réforme des retraites point par point

Christiane Marty, ingénieure-chercheuse, membre de la Fondation Copernic, analyse pour Clara-magazine la réforme des retraites, réforme largement contestée depuis plusieurs semaines. La réforme des retraites fait l’objet d’une contestation sans précédent, avec une grève dépassant déjà en durée celle de 1995. Quels sont les principaux points de désaccord autour de cette réforme ? Le gouvernement entend instaurer un changement systémique, avec un régime de retraites se voulant universel (en supprimant les régimes spéciaux), fonctionnant par points et non plus en annuités, et, surdéterminant le tout, en plafonnant les dépenses de retraite à leur niveau actuel, soit 14 % du produit intérieur brut (PIB). Alors que la proportion de retraité.e.s dans la population va augmenter, limiter la part de la richesse produite qui leur revient signifie programmer leur appauvrissement par rapport à la population active. C’est inacceptable, à plus forte raison lorsqu’on affiche l’objectif de renforcer la cohésion sociale. Tous ces points représentent une régression sociale et une pénalisation particulière des personnes aux carrières heurtées, en particulier les femmes. Ils suscitent, à juste titre, une large contestation de la part d’une majorité des syndicats et des associations féministes. De plus, alors que la réforme avait été annoncée comme répondant uniquement à […]

Degas et Lautrec – Ces femmes exposées

Il est indispensable de comprendre la condition du peuple parisien pour aborder les représentations artistiques du XIXe siècle, notamment celles de deux peintres majeurs : Edgar Degas et Toulouse-Lautrec dont de grandes rétrospectives sont présentées à Paris en cette fin d’année. Le dix-neuvième siècle est, pour le peuple de Paris, celui de la misère sociale, celui des tâcheron.ne.s et des métiers de forçats. Nombre de femmes travaillent sans que leur salaire suffise à faire vivre la famille. Parmi elles, les blanchisseuses dont certaines d’entre elles déposent les paniers de linge le soir venu pour rejoindre les trottoirs des grands boulevards. Parmi ces enfants de la pauvreté, il y a les petites danseuses de l’Opéra de Paris obligées d’accepter le « protectorat » de vieux birbes sans scrupules. La misère sociale et sa soeur jumelle la prostitution pousseront le peuple de Paris vers l’insurrection de 1871 et la Commune de Paris. Les peintres, dont Toulouse-Lautrec et Degas qui bénéficient cet automne de grandes expositions, auront côtoyé avec plus ou moins de complaisance cette société « trash » de la fin du xixe. Il est nécessaire de ne pas seulement s’arrêter à la beauté du geste pour regarder la réalité d’une société […]

Nadia Tazi – La virilité décryptée

Nadia Tazi, philosophe et directrice de programme au Collège international de philosophie de 2006 à 2012, explore la virilité dans le monde musulman dans un essai fouillé et passionnant, intitulé Le genre intraitable. La prévalence séculaire du mâle y est décortiquée minutieusement, des temps pré-islamiques à son incidence contemporaine. Fruit d’un programme de conférences que Nadia Tazi a dirigé au Collège international de philosophie, ce premier ouvrage sur la virilité dans le monde musulman est un livre érudit et intense. L’auteure, constatant que la question des masculinités est souvent ignorée, invite à mieux cerner les origines d’un système de domination au fondement d’un despotisme machiste politique et social. Aux origines du mâle « Certes le machisme existe partout, mais il n’a pas la même portée, pas les mêmes sources, pas les mêmes lois. Le virilisme détermine la nature même des gouvernements et explique pour une large part la crise interminable que subissent les peuples musulmans. Comment aborder le problème ? », interroge l’universitaire, sinon au croisement des disciplines – histoire, philosophie, sociologie, anthropologie… – et aux confluents des deux rives de la Méditerranée. Des temps pré-islamiques au cours desquels les grands nomades chameliers, caste guerrière, assurent la survie du clan […]

Sororité et résistance pour le premier film de Caroline Fourest

Elle présente en cette rentrée sa première fiction au cinéma, Soeurs d’armes, un film de guerre féministe, dans lequel deux jeunes Françaises, Kenza – Camélia Jordana – et Yaël – Esther Garrel –, rejoignent une brigade internationale de la résistance kurde pour combattre Daech. Zara, une rescapée yézidie, les rallie pour venger son père et sauver son petit frère. Rencontre avec Caroline Fourest, réalisatrice. Quand t’est venue l’idée du film ? Après l’attentat du 7 janvier, il devenait difficile de répondre à toute la folie qu’on pouvait subir et entendre aussi calmement qu’avant. J’ai commencé à sentir un bouillonnement intérieur, des émotions qui débordaient. J’ai ressenti le besoin de les mettre quelque part, de les déposer, de les transcender pour qu’elles ne me consument pas. La fiction a été pour moi cette voie de sortie. Sept ans avant l’attentat contre Charlie, j’avais écrit un scénario de fiction racontant l’histoire d’un journaliste algérien qui perdait tous ses collègues et son meilleur ami dessinateur dans un attentat. Je l’avais écrit juste après le procès des caricatures. Plusieurs d’entre nous commençaient à être placés sous protection policière. Nous n’étions pas partis la fleur au fusil, nous étions parfaitement conscients des risques pris par […]

PMA : ce que propose le projet de loi relatif à la bioéthique

Le projet de loi relatif à la bioéthique sera débattu à partir du 24 septembre à l’Assemblée nationale. Il prévoit, notamment, l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules. Elle était une promesse de campagne du Pré-sident Hollande, puis du Président Macron. L’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules sera finalement soumise aux débats et votes des parlementaires à partir de l’automne 2019, dans le cadre du projet de loi relatif à la bioéthique. La loi actuelle autorise le recours à la PMA pour les couples hétérosexuels à la condition que l’un des deux membres du couple souffre d’une infertilité médicalement constatée. Une ouverture à toutes les femmes Le projet de loi prévoit l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, mais pas sans condition. Le centre qui prendra en charge la PMA devra procéder à la vérification de la motivation des deux membres du couple ou de la femme non mariée, effectuer leur évaluation médicale et psychologique, les informer des possibilités de réussite ou d’échec de la procédure et obtenir leur consentement par écrit à l’expiration d’un délai de réflexion d’un mois après la […]

“Ensemble, nos voix sont plus fortes que le silence !”

Le Mouvement des survivantes de viols et violences sexuelles en République démocratique du Congo a été créé en 2017 à Bukavu. Cette organisation compte aujourd’hui plus de 2000 femmes et 58 hommes sur le plan national. Son objectif principal est d’amener toutes les femmes et tous les hommes à briser le silence. Rencontre avec Tatiana Mukanire, coordinatrice nationale du Mouvement des survivant.e.s de viols et violences sexuelles. Pourquoi avoir créé ce mouvement de femmes ? Pendant trop longtemps, les survivantes ont été oubliées. On parlait en leur nom. Les gens disaient : « Vous parlez des survivantes, mais où sont-elles ? Elles ne parlent pas ? Existent–elles ? » Mais le problème était que les survivantes elles-mêmes n’arrivaient pas à parler. Il était important qu’elles puissent se prendre en charge, comprendre que ce qui leur était arrivé était bien cette réalité qui les poursuit au quotidien. Pendant un moment, il se disait dans le pays que les violences sexuelles étaient héréditaires puisque souvent les grands-mères, les mères et même les filles d’une même famille étaient violées. Il est donc important de briser ce silence. Notre défi est d’amener la personne à combattre ces violences. Les survivantes ne parlent pas car […]

Le rock comme fil d’Ariane

Sophie Rosemont est entrée dans le monde du rock comme autrice pour Le nouveau dictionnaire du rock de Michka Assayas. Journaliste pour Rolling stone, Les Inrocks ou Paris-Match, elle chronique aussi sur France culture pour « La dispute ». Elle signe Girls rock, un ouvrage à la playlist entièrement au féminin… Bonjour Sophie Rosemont, une question avant toutes les autres : qu’est-ce que le rock ? Une posture ou un genre musical ? Peut-être les deux ? Vous citez Dolly Parton ou Aretha Franklin dans ce livre comme des rockeuses, étonnant ? J’ai justement essayé d’éviter la posture. Ce n’est pas un dictionnaire, mais plutôt un ouvrage sélectif. Dans ce livre, je choisis qui je veux. Une Dolly Parton sur le plan musical a des côtés rock. Par certains arrangements, sur certains morceaux et des intonations de voix. En fait la Country, c’est avant tout de la guitare. Et au fond le rock, c’est quoi ? De l’audace, une musique de contestation. Au même titre que le hip hop. Tout le monde pense à une guitare électrique quand il pense rock. Mais pas seulement, une guitare sèche, un piano peut être rock ! D’où le choix de parler de Véronique […]

Sport féminin : les Français.e.s en veulent plus

Pour la première fois, la France va accueillir une Coupe du monde féminine de football en juin prochain. Le succès populaire est attendu, tout comme les exploits des coéquipières d’Amandine Henry. Et après ? Cet événement majeur pourra-t-il participer à augmenter la visibilité du sport pratiqué par des femmes ? On le répète souvent : pour exister sur le plan médiatique, les athlètes féminines sont condamnées à enchaîner les exploits. Le sport pratiqué par des femmes ne représente que 17 % de l’offre sportive globale. Alors, seules les prouesses sont les bienvenues. Un contexte qui colle une sacrée pression aux Bleues. Au-delà de leur parcours sur ce Mondial, le développement de leur discipline pèse sur leurs épaules. Sandrine Dusang, ex-internationale tricolore et journaliste pour le site spécialisé Foot d’Elles, donne son avis sur la question : « Je ne crois pas que le football pratiqué par des femmes sombrera dans l’anonymat si les Françaises venaient à échouer, considère-t-elle. Plutôt que l’on retombera dans quelque chose de plus lisse. Les performances des Lyonnaises et des Parisiennes sur la scène européenne permettront de conserver une certaine attractivité autour du football au féminin. » Pour l’ancienne défenseuse centrale, l’enjeu est de pouvoir transformer l’essai, passée […]

GPA, éthique ou marchandisation ? La pomme de discorde

Gestation pour autrui ? Ce que l’on prend, ce que l’on donne La GPA est une question très ancienne. Déjà Abraham, patriarche des trois religions monothéistes, se lamente de ne pas pouvoir concevoir d’enfant avec son épouse Sarah. Elle propose alors à Abraham de faire un enfant avec sa servante Agar, qui donne naissance à Ismaël. Une grossesse pour Abraham, pour qu’il ait un enfant, est rendue possible seulement parce qu’il dispose du pouvoir symbolique et financier d’obtenir cet enfant. Le consentement de la servante Agar est-il possible ? Marie ne porta-t-elle pas l’enfant pour Dieu, pour les « Hommes », sans même donner son avis, inscrivant de fait la gestation pour autrui dans notre inconscient collectif comme une possibilité. L’histoire se décline à travers les siècles avec plus ou moins de mystère. Comment devenir parent quand on ne peut pas faire un enfant ? Pour des raisons économiques, notamment liées à l’héritage, sociales ou affectives, avoir (ou pas) une descendance cristallise des enjeux intemporels. La gestation pour autrui, ou GPA, n’est pas un phénomène récent, sa dénomination l’est. Un enfant d’une famille nombreuse donné en adoption à un frère ou une soeur adulte sans enfant, comme dans le film Intouchables*, n’est-ce pas une […]