Édito : Centenaire 14/18 mortes pour qui ?

Il y a cent ans, l’armistice de la première guerre mondiale était signé le 11 novembre 1918 à Rethondes. Comme tous les grands moments de l’Histoire, celui-ci s’est écrit en rendant invisibles les femmes. Et pourtant… À y regarder de plus près, elles n’ont pas été absentes, ni sur le front, ni sur les départements de l’arrière, ni dans leurs villes, ni dans les campagnes. Que n’a-t-on raconté sur les femmes et la guerre de 14 ? On aime à expliquer que la guerre a marqué le début du travail des femmes, ce qui est faux. Les femmes travaillaient déjà et depuis toujours notamment dans les champs, les fermes, les entreprises et usines familiales. Il a juste été (enfin) obligatoire de les payer pour occuper les places laissées vacantes par leurs maris, leurs frères, leurs fils, en plus du travail quotidien qu’elles ont continué d’effectuer. Alors que le 7 août 1914, René Viviani, Président du Conseil, appelait les femmes à se mobiliser pour maintenir la […]

Marceline Loridan-Ivens – La braise au milieu des cendres

Il aura fallu cinquante ans à Marceline Loridan-Ivens pour revenir physiquement à Auschwitz, elle qui n’a cessé d’y revenir chaque jour, chaque nuit. Pourtant femme d’image, elle se consacrait à l’écriture depuis quinze ans. Sous la plume, la mémoire revenait par bribes. Elle s’est éteinte à quatre-vingt-dix ans. « Je ne suis pas une déportée, je suis une survivante. Je n’étais pas destinée à revenir. » En octobre 1991, à l’occasion d’un festival de cinéma en Pologne, Marceline Loridan-Ivens revient à Auschwitz. « Une fois dans mon bloc […], j’ai pris une échelle, je suis montée dans ma coya, celle du haut. 1,90 m de large sur 1,80 m de long, cinq à six personnes par coya. J’ai enlevé mon manteau et je me suis mise comme nous étions. Même pas à plat dos, en chien de fusil. Et là, j’ai eu le sentiment d’être un rat. Je ne sais pas combien de temps je suis restée ainsi. […] Peut-être que j’aurais pu y rester des jours. […]

Le savoir des sorcières

Pharmaciennes, guérisseuses, docteures populaires… Les mystérieuses sorcières sont avant tout des femmes savantes, partageant leurs savoirs avec d’autres femmes et soignant chacun.e sans distinction de moyens. Persécutées par le patriarcat, torturées et tuées, leurs descendantes, elles, sont pourtant bien présentes ! Le mot « sorcière » signifie étymologiquement « diseuse de sort » (sortiarus en latin). Sous ce vocable, elle apparaît comme détentrice de pouvoirs magiques et de ce fait dangereuse car elle empiète sur les champs temporel et spirituel du patriarcat. La sorcière est donc poursuivie, brûlée en place publique en Europe du XVe au XVIIIe siècle pour alliance avec le diable par les inquisiteurs de l’Église catholique alors toute-puissante. Pourtant, la sorcière de village d’autrefois est tout à la fois herboriste, jeteuse de sort, interprète des rêves, guérisseuse, sage-femme et psychologue. Alors que seules les saignées sont à l’ordre du jour des hommes de la médecine orthodoxe, la sorcière, seule ressource pour les pauvres gens dans les endroits reculés des villages, propose des breuvages […]

Édito : Faire le deuil de qui nous étions

Sans ironie aucune en se remémorant ces oeuvres, ces artistes, en revisitant ces rendez-vous télévisuels qui ont produit du rêve et nous ont souvent aussi procuré du plaisir, donné l’envie d’avancer dans la vie, je me rends compte après une année de libération de la parole dans le milieu artistique qu’il nous faut faire le deuil d’une partie de notre enfance et de notre adolescence. La tumeur est énorme. Les exemples sont infinis de programmes, de chanteurs, d’acteurs, de chefs d’oeuvre du cinéma qui furent les théâtres de violences faites aux femmes ou qui véhiculèrent les idées les plus phallocrates ou tout simplement la haine des femmes. Comment faire l’impasse sur ces posters de David Hamilton accrochés dans nos chambres d’adolescent.e.s, ces séquences du Cocoricocoboy avec ses playmates et son gong noir tout droit sorti des colonies, l’adipeux Benny Hill harcelant sexuellement toutes les filles qu’il croisait, même celles qui avaient l’air d’être sa petite-fille, combien de shows des Carpentier (et si…) avec des potiches et des jeunes chanteurs à la moustache 70, de Sardou, de […]

La culture du viol, sous le soleil exactement

Ces cartes postales vous les connaissez toutes et tous, images sexy pour certain.e.s ou objets sexistes pour d’autres, elles sont en vente dans la plupart des magasins de souvenirs et des librairies des zones touristiques. Femmes solidaires est à l’initiative d’une campagne estivale dénonçant la vente de ces cartes postales. Difficile de les trouver à Paris ou Lyon où elles sont quasi inexistantes. Elles pullulent toutefois dans les villes de Bretagne et des Bouches-du-Rhône, même les plus chics. Cet été, l’association Femmes solidaires, présente dans 190 villes de France, a lancé une campagne nationale pour dénoncer l’impression et la vente de cartes postales sexistes, souvent grossophobes et parfois même racistes. Selon l’association féministe d’éducation populaire, « elles concourent à la “culture du viol” qui impose une image dégradante des femmes, et participent à légitimer et banaliser les violences faites aux femmes ». Ces cartes postales sont disponibles, étalées à la vue de tous et toutes. Elles peuvent être vendues, y compris les plus explicites, quel que soit l’âge […]

Ceija Stojka – La mémoire dans la peinture

Ceija Stojka, rom autrichienne, a été déportée et devient artiste peintre après son retour des camps. Son oeuvre, marquée par le traumatisme de l’expérience concentrationnaire, est un témoignage de l’horreur de celle-ci et de la résilience. Deux expositions, deux ouvrages et un documentaire l’ont mise à l’honneur en 2018. 2018 aura été l’année Ceija Stojka. La Maison rouge a en effet accueilli au printemps dernier une première exposition de l’oeuvre de l’artiste rom autrichienne avec près de cent-cinquante de ses peintures ou dessins rassemblés. Un hommage à la hauteur de la vie hors du commun de l’artiste encore méconnue. Ceika Stojka est née en 1933. Déportée à l’âge de dix ans avec sa mère, ses frères et soeurs, elle survit à trois camps de concentration (Auschwitz-Birkenau, Ravensbrück et Bergen-Belsen). Elle est libérée en 1944. L’art et la mémoire La mémoire de la déportation est un chemin qui la mène, quarante ans plus tard, à raconter par l’écriture poétique ce qu’elle a subi. Ses poèmes sont pour la première […]

Édito : La même source…

Au moment de jeter ce dernier coup d’oeil sur votre magazine alors qu’il n’existe pas encore au-delà du virtuel sur mon écran d’ordinateur, je me rends compte que vous y découvrirez cet été, une fois de plus, le pire mais aussi le meilleur. C’est une exigence de l’équipe de tenir les deux en équilibre. Le monde dans lequel nous vivons continue de nous meurtrir mais il enfante chaque matin le meilleur de lui-même, une génération de jeunes gens, garçons et filles, qui abordent leur vie avec un nouveau regard, de nouvelles envies. Que de temps parcouru depuis le procès des violeurs d’Anne Tonglet et de sa compagne Araceli Castellano défendues par Gisèle Halimi. L’affaire, jugée en 1978, avait contribué à requalifier le viol en tant que crime et non plus comme délit. Difficile d’accepter qu’aujourd’hui des milliers de jeunes filles continuent de se battre pour « prouver » leur non consentement lors du viol qu’elles ont subi. Mais un vent d’espoir pourrait bien tourner les pages […]

Jeux antisexistes – Visons la lune

Lancer des jeux pour dépasser les idées reçues, un mémo, un jeu de 7 familles, une bataille féministe… une idée géniale mais il fallait y penser. Héloïse Pierre, mathématicienne, lance The Moon Project. Ce n’est pas juste montrer ou dire mais expérimenter, permettre aux enfants de jouer, faire et défaire, interroger et partager, rire et s’amuser avec des jeux inspirants. Héloïse, qui êtes-vous ? Je suis mathématicienne de formation, et donc évidemment très intéressée par l’apprentissage des mathématiques ! Il y a quatre ans, j’ai monté ma société de jeux de société pour aider les enfants à comprendre les mathématiques différemment. Elle s’appelle Topla. Je donnais beaucoup de cours de maths à des lycéen.e.s et je me suis rendu compte que tous mes élèves avaient les mêmes types de problèmes en maths : ne pas comprendre l’utilité, trouver ça trop dur et abstrait. J’ai donc eu envie de montrer aux enfants dès le plus jeune âge que les maths sont belles, concrètes et super sympas. […]

PMA : liberté, égalité, sororité

En juin 2017, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) publiait un avis favorable à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Un an plus tard, la PMA pourrait être détachée de la révision de la loi sur la bioéthique prévue pour 2019 et faire l’objet d’un projet de loi déposé d’ici la fin de l’année. La PMA, procréation médicalement assistée (également connue sous le nom d’assistance médicale à la procréation), regroupe l’ensemble des techniques médicales visant à répondre à une ou des infertilités. Ces techniques incluent la conception in vitro, le transfert d’embryon et l’insémination artificielle. Depuis 1994, elle est autorisée en France pour les couples hétérosexuels mariés ou en concubinage depuis au moins deux ans, en situation d’infertilité médicalement constatée. Ce diagnostic permet au médecin, après sa confirmation par des tests chimiques et biologiques, d’orienter les patients vers une procédure de PMA. Une question d’égalité Les femmes seules et/ou homosexuelles sont, de fait, interdites d’accès à la PMA en France. Si la légitimité […]

Édito : Courageuse #Mercy comme un enfant…

À l’occasion de mon précédent édito, j’évoquais le sort de la petite Mercy, née le 21 mars 2017 sur l’Aquarius, ce bateau qui rend sa fierté à notre continent, sauvant des migrant.e.s en Méditerranée alors que l’Europe les laisse mourir dans l’indifférence. Sa maman, jeune nigériane, avait embarqué en Lybie sur une coquille de noix dans un océan de peur. Mercy était alors venue au monde en mer. Selon l’AFP, plus de trente enfants sont né.e.s en Méditerranée depuis le début des traversées. Alors que le 12 mai prochain, Emilie Satt et Jean-Karl Lucas défendront les couleurs de la France avec le titre Mercy inspiré de son histoire, l’Assemblée nationale adopte la loi « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif » le 22 avril dernier. Dans le même temps, des journalistes de France Inter, Alessandro Puglia et Eric Valmir, retrouvent Mercy et sa maman Taïwo près de Catane, en Sicile, dans le plus grand camp de réfugié.e.s d’Europe. En fait, si la […]

Gérard Holtz, le féministe – Plus Milliat que Coubertin

Faire découvrir des parcours de femmes sportives de haut niveau, montrer le sport au féminin, voilà un des objectifs de l’ouvrage Les 100 histoires de légende du sport au féminin. Rencontre avec un féministe qui toute sa vie a eu chevillé au corps le sport et ses valeurs : j’ai nommé Gérard Holtz. Entretien. Déjà cinq livres sur l’histoire du sport, tous avec une majorité de figures masculines, d’où vient cette idée d’un sixième ouvrage sur des sportives de légende ? Dans les mois qui viennent, nous allons avoir Roland-Garros, les 24h du Mans, la Coupe du monde de football, le Tour de France, ce sont des actualités principalement masculines. Avec mon fils Julien, nous avons voulu prendre le contre-pied du machisme dans le sport. Plutôt que de faire un autre livre sur le football, comme nous le demandait l’éditeur, nous avons fait un livre sur le sport au  féminin. Il y a tellement de figures, d’histoires à raconter que nous en avons trouvé pas moins de deux-cent-cinquante, parmi lesquelles nous avons bien sûr fait un choix pour aboutir à cet ouvrage. Dans les précédents livres, […]

Filles de mai, 68 mon mai à moi

Quel bonheur de lire des écrits pluriels et singuliers, mêlant émotion et rigueur, jeunesse et maturité dans un des ouvrages les plus intéressant de ce 50e anniversaire de 68 intitulé Filles de mai – 68 mon mai à moi. Ce recueil collectif préfacé par Michelle Perrot est né d’une prise de conscience : seuls les hommes ont beaucoup écrit sur mai 68. Et pourtant les femmes y étaient, en étaient. En 68, les femmes découvrent avant tout la force de leur parole, leur capacité d’agir, de penser, de bousculer le vieux monde patriarcal, oppressif, capitaliste. Filles de mai – 68 mon mai à moi est issu d’un groupe d’écriture : 68 dans la mémoire des femmes. Il a été constitué et impulsé par l’APA – Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique. D’un échange avec Michelle Perrot, venue traiter du silence des femmes dans l’histoire, a germé cette volonté d’écrire leurs souvenirs de mai 68, avant, pendant et après. Saluons l’initiative des éditions Le Bord de l’eau qui, pour […]

Édito : Paradoxal #MERCY

Le 27 janvier dernier, la France a pris une décision importante. Elle a désigné la chanson Mercy du groupe Madame Monsieur pour la représenter au concours de l’Eurovision 2018. Ce groupe, encore inconnu quelques minutes avant sa prestation, était plébiscité dès son passage par des milliers d’internautes sur les réseaux sociaux, dont Anne Hidalgo en personne, première magistrate de Paris s’il vous plaît… Il faut dire que la chanson raconte l’histoire vraie d’une petite fille née en Méditerranée sur un bateau de bénévoles venus secourir sa mère, une des dizaines de milliers de migrantes qui prend la mer chaque année pour tenter la traversée de l’espoir. Et ces traversées, on le sait, se terminent souvent par des morts atroces et anonymes. Cependant, la petite Mercy est bien née, et je me suis finalement demandée si ce n’est pas justement parce qu’elle s’en est sortie qu’elle a tant impressionné le public français qui est tombé en amour pour le bébé. Mercy, une sorte de « wineuse […]

Lévothyrox – Les femmes au cœur d’un scandale sanitaire

Depuis des mois, des dizaines – peut-être des centaines – de milliers de patientes se plaignent de graves effets indésirables qu’elles imputent à la nouvelle formule du Lévothyrox. Face à des pouvoirs publics qui minimisent l’ampleur du phénomène, nombre d’entre elles s’organisent et réclament justice. On peut dire que « l’affaire de la nouvelle formule du Lévothyrox » est un véritable scandale sanitaire d’ampleur. Quelques repères pour comprendre : la thyroïde, petite glande en forme de papillon située aux côtés de la trachée, secrète des hormones indispensables, régulatrices de nombreuses fonctions de notre organisme. Lorsque, pour différentes raisons, cette sécrétion est trop faible, il faut avoir recours à une hormone de synthèse compensatrice : la lévothyroxine. Le laboratoire allemand Merck propose depuis des années un médicament la contenant, le Lévothyrox. Trois millions de patient.e.s (à 80 % des femmes) y ont recours. De graves effets inexpliqués En 2012, après avoir constaté des irrégularités dans la quantité exacte de principe actif d’un lot de médicament à l’autre, l’Agence nationale […]

Anne-Flore Marxer – Le féminisme en freeride

Anne-Flore Marxer est une femme d’exploits. Vice-championne du monde 2016 et 2017, championne du monde en 2011 de snowboard freeride et résolument féministe. Elle partage avec nous ses espoirs d’un sport débarrassé des stéréotypes sexistes. Anne-Flore Marxer n’a aucune réticence à se définir comme féministe : « Je ne vois pas qui ça peut ne pas intéresser, le féminisme », et pour cause. Mi-janvier dernier, poitrine nue et bâillonnée, elle interpelle le monde du sport dans une double page du journal L’Équipe : « Sommes-nous réduites à une paire de seins ? » Pour comprendre le contexte de son action, il faut revenir au passionnant portrait qui lui est consacré sur le site Neuf Dixième par la journaliste Patricia Oudit. Son objectif est simple : rendre leur voix aux sportives et s’opposer à la sexualisation de leurs corps. « J’ai reçu énormément de messages de soutien de sportives d’autres sports qui subissent elles aussi cette sexualisation et se sont reconnues dans mes paroles. » Cette libération concerne d’autres disciplines : « L’été dernier, […]

Édito : 7, 8, 9 janvier 2015. Mort.e.s pour la France

Déjà trois ans et chacun.e de nous se souvient de ce qu’il faisait quand, en matinée du mercredi 7 janvier 2015, nous avons appris que la conférence de rédaction de Charlie Hebdo venait d’être la cible de tirs. Et puis les noms des victimes sont tombés. Le mois de janvier ne sera plus jamais comme avant dans notre pays, même si certains avancent l’idée qu’il faudrait tourner la page… Bien sûr que pour les familles des victimes, pour les survivant.e.s de Charlie, de l’Hyper Cacher, aucune page ne peut être tournée. Mais aussi pour l’idée que l’on se fait de notre nation, aucune page ne peut être tournée. Ces crimes ne sont pas seulement des crimes terroristes, ce sont des crimes politiques. Les victimes du 7 janvier 2015 ont été désignées pour ce qu’elles et ils étaient et pas seulement pour ce qu’elles et ils représentaient. Pour la première fois en France, il y eut une fracture publique entre ceux qui leur rendaient hommage et […]

Françoise Héritier – Scientifique unique en son genre

Le 15 novembre 2017, jour de son anniversaire – peut-être n’est-ce-pas fortuit ? – disparaissait, à la suite d’une maladie auto-immune rare qui la faisait souffrir depuis ses cinquante ans, Françoise Héritier, figure unique de la recherche en sciences humaines et du féminisme. À la fois anthropologue, ethnologue et féministe, Françoise Héritier naît à Veauche dans la Loire le 15 novembre 1933. Seule femme professeure honoraire d’une chaire d’anthropologie au Collège de France où elle succède à Claude Lévi-Strauss, elle ouvrira les sciences humaines et sociales à l’étude approfondie des rapports femmes/hommes, en particulier la domination masculine, les systèmes de parenté, la prohibition de l’inceste et la violence. Les sources d’une vocation De son enfance au sein d’une petite bourgeoisie provinciale aux origines paysannes, Françoise Héritier s’imprègne de la proximité avec les coutumes familiales et les liens entre les êtres au sein d’un microcosme villageois. « Dès l’enfance, j’avais le désir de comprendre comment les choses fonctionnaient, pourquoi le monde était ainsi. […] Mon intérêt pour les questions […]

#cultureduviol #MeToo – Gauguin, l’art et la manière

Alors qu’un débat est mené en France pour fixer l’âge en dessous duquel une relation sexuelle ne peut être juridiquement considérée comme consentie, s’ouvre à Paris l’exposition « Gauguin l’alchimiste » dont les « compagnes » avaient 13 ans. Meurtrière concomitance… Si parlementaires, associations et institutions échangent actuellement pour s’accorder sur le bon âge (entre 13 et 15 ans) des relations sexuelles consenties, personne n’oserait accepter, banaliser une relation sexuelle libre et éclairée entre un majeur de plus de 40 ans et une mineure de moins de 13 ans, sauf dans le cas de… Paul Gauguin. Ainsi la scénographie, les textes et légendes de l’exposition « Gauguin l’alchimiste » font l’impasse sur deux détails visiblement sans grand intérêt pour le grand public et le commissariat de l’exposition au regard du « génie » de l’artiste. Le premier : l’artiste dispose à sa guise physiquement et sexuellement d’enfants de 13 ans comme on utilise des objets sans âme et sans valeur. Le second : l’artiste développe […]