La voix des veuves de Marikana

12,00

Le 16 août 2012, la police sud-africaine encercle et charge des mineurs en grève rassemblés sur les collines de Marikana, près de la mine de platine de la compagnie minière Lonmin où ils travaillent. Trente-quatre mineurs sont tués. En quelques jours, le monde va prendre connaissance du massacre de Marikana. L’impact est fort sur l’opinion publique sud-africaine et mondiale, l’image des massacres du régime d’apartheid sur les populations noires étant encore très présente dans l’inconscient collectif.

Les veuves de mineurs, souvent restées au village, se retrouvent sans ressources, sans réponse à leurs questions. Pourquoi leurs maris ont-ils été tués pour une augmentation de salaire ?

Certaines participent, en mai 2013, à un atelier d’expression artistique avec l’association Khulumani, pour entamer collectivement un travail de reconstruction. Cet ouvrage rassemble les textes et les peintures qu’elles ont produits.

L’avant-propos, rédigé par Jacqueline Dérens, militante anti-apartheid, autrice de plusieurs ouvrages spécialisés sur l’Afrique du Sud, permet de comprendre comment cette jeune démocratie n’en a pas fini avec certains stigmates du passé dont la domination et l’exploitation par le système minier d’une classe de travailleurs migrants pauvres.

Catégorie :

Description

Le 16 août 2012, la police sud-africaine encercle et charge des mineurs en grève rassemblés sur les collines de Marikana, près de la mine de platine de la compagnie minière Lonmin où ils travaillent. Trente-quatre mineurs sont tués. En quelques jours, le monde va prendre connaissance du massacre de Marikana. L’impact est fort sur l’opinion publique sud-africaine et mondiale, l’image des massacres du régime d’apartheid sur les populations noires étant encore très présente dans l’inconscient collectif.

Les veuves de mineurs, souvent restées au village, se retrouvent sans ressources, sans réponse à leurs questions. Pourquoi leurs maris ont-ils été tués pour une augmentation de salaire ?

Certaines participent, en mai 2013, à un atelier d’expression artistique avec l’association Khulumani, pour entamer collectivement un travail de reconstruction. Cet ouvrage rassemble les textes et les peintures qu’elles ont produits.

L’avant-propos, rédigé par Jacqueline Dérens, militante anti-apartheid, autrice de plusieurs ouvrages spécialisés sur l’Afrique du Sud, permet de comprendre comment cette jeune démocratie n’en a pas fini avec certains stigmates du passé dont la domination et l’exploitation par le système minier d’une classe de travailleurs migrants pauvres.

Informations complémentaires

Poids 0.104 kg