Numéro 199 – Septembre 2023

5,50

Donnons le pouvoir aux femmes pour faire la paix

Le monde s’est une fois de plus rempli de noirceur le 7 octobre lors des attaques du Hamas sur les populations civiles d’Israël. Après une telle barbarie, une condamnation unanime et ferme de la gauche, sans réserve, était attendue. Les auteurs de ces actes sont membres d’une organisation terroriste dont les méthodes ne sont pas sans rappeler celles d’autres groupes terroristes islamistes que nous connaissons. N’avons-nous pas assez payé nous-mêmes la montée de ces groupes sur notre territoire pour ne pas les reconnaître. Comment condamner Daech et justifier Hamas ? 

Ceux qui en France ont justifié ces attaques font du tort au peuple palestinien, participant à mettre ce peuple au banc de la société humaine car quelle société digne de ce nom pourrait considérer le viol, la torture et l’atteinte à l’intégrité des personnes comme de la résistance ? Chaque société engendre ses monstres, mais il est une responsabilité de la communauté humaine de fixer ce qui constitue un crime contre l’humanité, chef d’inculpation établi à Nuremberg et qui permit la création du Tribunal pénal international. Se peut-il qu’en France certain.es soient devenu.es si acculturé.es qu’ils et elles tiennent de tels propos depuis l’Assemblée nationale ? 

Aujourd’hui, des civil.es meurent chaque jour à Gaza frappé.es par la folie de l’extrême droite israélienne. Il est également de notre devoir de ne pas condamner le peuple israélien dans son ensemble dont le désaccord se fait entendre depuis des mois sur la politique de Netanyahou. 

La communauté internationale a le devoir de revenir aux résolutions de l’ONU pour les faire appliquer, notamment celle sur les frontières de 1967, même si la situation de Gaza semble aujourd’hui plus complexe. 

Les femmes n’ont que faire des déclarations sans lendemain, femmes de Gaza qui protègent leurs enfants de leur corps contre les bombes, femmes d’Israël qui attendent un enfant ou retenues elles-mêmes par des geôliers du Hamas. Appliquons la résolution 1325 du Conseil de sécurité qui garantit la protection et la pleine participation des femmes aux accords de paix. Donnons le pouvoir aux femmes dans ce processus de paix et nous verrons si les femmes ne trouvent pas le chemin de la paix que les hommes ont contourné depuis presque quatre-vingts ans. 

Carine Délayée

Catégorie :

Informations complémentaires

Poids 122 g

Vous aimerez peut-être aussi…